récit de vie processus individuel et social

« Dis-moi, papa, si tu retrouvais une chose de ton enfance à laquelle tu tenais comme à un trésor, ça te rendrait comment ? »
(Le fabuleux destin d’Amélie Poulain)

« Finalement, ce qui reste d’une vie d’homme, c’est ce qu’on a appris des autres. »
(François Michelin)

 

Le récit de vie a des spécificités propres. Raconter son histoire, ou une partie de son histoire, c’est entrer dans un processus créatif à la fois individuel et social.

Le récit de vie a de multiples applications. Retrouver son histoire, c’est retrouver les axes porteur de sens pour soi et pour les autres. C’est aussi changer la façon dont le passé détermine le présent personnel et social. Incarner sa propre histoire, c’est retrouver le sens et le vivant en soi, comme dans sa relation aux autres. Il est particulièrement utile en période de changements, de choix importants, d’accélération des décisions à prendre.

Le récit de vie est un processus individuel

Il est important pour comprendre ce qui est le fond, les vérités de notre vie. Pour cela, il faut consacrer un peu de temps. Les ateliers ou les séances individuelles de récit de vie sont là pour restituer et imposer ce temps nécessaire.

Le récit de vie est un processus créatif individuel. Depuis toujours l’homme se raconte et cherche à trouver des clés pour comprendre sa propre histoire. Autrefois, il le faisait en référence à un cadre mythique et dans des sociétés qui définissaient la place de chacun. Nos sociétés ont perdu cela et c’est à chacun de trouver le sens de sa vie, enfoui dans les événements de sa propre histoire. Le récit de vie rend conscients les expériences et les processus qui ont été structurants ou transformateurs pour une personne. Cette « identité narrative » modelée par le récit, puis l’écrit, permet à la personne de réinvestir la vie sociale réelle, familiale, professionnelle avec une identité propre plus entière, unifiée et ouverte.

En grec, la vérité se dit Aletheïa, qui signifie « absence d’oubli ». Cette impossibilité d’oubli, autrement dit cette vérité, est toujours liée au réel, à l’essentiel.
Y aurait-il une réalité essentielle, inoubliable, qui apparaîtrait au sein de la vie même ?
Une réalité qui se manifesterait pour ne pas être oubliée ?
Si la réponse est oui, quelle est la teneur de cette manifestation ?
C’est ce que le récit de vie, inlassablement, recherche…

Chacun de nos choix importants, ou même quotidiens, est la signature apparente d’une force qui mérite d’être mise au jour et fixée par un support. Chaque moment de vie important mérite d’être ainsi célébré, voir sa place restituée avec le sens qu’il prend au sein de l’entièreté.

C’est ce même réel qui avait soufflé un ordre doux à Marcel Proust, lorsque, depuis sa voiture, l’écrivain observant le paysage vit, au bord du chemin, trois arbres qui lui inspirèrent, comme une annonce :
“Si tu nous laisses retomber au fond de ce chemin d’où nous cherchions à nous hisser jusqu’à toi, toute une partie de toi-même que nous t’apportions tombera pour jamais au néant.”

Le récit de vie nous permet de retrouver non seulement ces arbres, nos arbres à nous, qui nous ont un jour parlé … Mais aussi de s’apercevoir qu’ils sont devenus, depuis, nos racines même…
C’est aller à la rencontre de cet Autre, invisible, qui a grandi en même temps que nous et qui est notre identité. Cette part de nous que les autres voient souvent mieux que nous et que le récit de vie permet de restituer par morceaux, et pour un temps, dans toute sa richesse et sa profondeur.

 

Le récit de vie est aussi un processus social

Le récit de vie a été mis au point principalement par la sociologie.
Il débouche sur un processus créatif social : raconter ce qui est important pour nous afin de le transmettre et/ou d’en dégager le sens.
Lors d’ateliers, par exemple, le groupe et l’accompagnateur nous permettent de faire ce chemin en l’enrichissant du vécu et de l’expérience des autres. Tous ces « moi » possibles qui s’offrent à l’écoute aident à découvrir ces traits de nous qui servent à nous définir pour les autres. Le récit nous fait déplacer notre centre de perspective afin d’inclure l’autre, pour mieux nous comprendre et que se révèle notre propre vérité…

Cette identité, découverte et enrichie par le récit de vie, devient alors une alliée pour la vie personnelle, familiale et professionnelle.

 

Denis Carvin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *