Paysage à Saint-Vincent-sur-Jabron

A la rencontre de celles et ceux qui vivent dans la vallée du Jabron…

La vallée du Jabron est un lieu d’accueil, d’artistes, d’artisans, de culture, d’élevage, de randonnées, de sports de pleine nature, d’agriculture, de pêche, de chasse, un lieu où prendre sa retraite ….

Si vous venez dans la vallée du Jabron, vous rencontrerez une nature à la fois sauvage et bienveillante. Vous y serez accueillis par ceux et celles qui y vivent et font qu’elle est ce qu’elle est : un lieu de randonnées et de sport de pleine nature, de pêche, de chasse, d’élevage, d’agriculture, d’artisans et d’artistes, de ressourcement et de créativité, un lieu de culture, multiples …Certains de ceux et celles qui l’habitent, l’aiment, y travaillent ont choisi de vous présenter la vallée, comment ils y vivent, pourquoi ils l’aiment et comment ils voient l’avenir.
C’est une suite de récits de vie individuels qui donne une vision collective de la vallée.

"A l'écoute de ces récits, quelque chose d’imprévu et de crucial apparaît : Le Vivant, tout simplement."

Notre vallée s’étend de Bevons aux Omergues, avec Saint-Vincent en son centre. Elle part des Alpes de Haute Provence et mène en Drôme. C’est en suivant ce chemin, d'Est en Ouest, que nous vous convions à la rencontre d’une partie de ceux et celles qui font vivre cette vallée. Ils vous disent leurs difficultés, leurs rêves, leurs projets.

Vous y apprendrez comment ils font pour vivre hors la ville et comment ils réinventent, jour après jour, les solidarités perdues, faisant naître des formes de vie sociale nouvelles.


Avant la vallée

Sonia et Jean-Christophe Leydet

Sonia et Jean-Christophe Leydet

C’est avec eux que nous pénétrons la vallée… Depuis l’au-delà de sa frontière …
Ils vivent à Château-Arnoux, et ils nous racontent ce qu’elle est pour eux, pourquoi ils y sont liés, pourquoi elle les a toujours attirés.
Vous allez tout savoir de ce qu’on trouve ici, et comment cela se passe … Ce que sont vraiment la chasse et la pêche.
Comment aussi il ne faut pas trop croire les anciens qui vous disent qu’on ne prend pas de truites dans le Jabron tant qu’il y a de la neige sur Lure.
La jeunesse sait qu’après l’impossible, il reste encore le miracle … Et des truites de 71 cm…
En fait, ils nous disent ce qui est en filigrane dans tous les autres récits : comment la vallée fait vivre les liens profonds et essentiels.

Pour elle, c’est son lieu d’enfance, la maison de ses grands-parents. C’était ses vacances, elle nous les raconte.
Pour lui, c’est le lieu du père, du frère, de pêche et de chasse. Là où le clan des hommes tisse ses rituels d’intégration entre les générations…

Sans ce vécu, mis en oeuvre ici, auraient-ils pu avoir le goût et la nécessité d’inventer, avec Le Cyclope, le commerce multi-services de proximité de demain ?
Celui qui prospérera à côté d’Internet. Celui qui donne, en cadeau, le vécu chaleureux et aidant de la relation humaine durable, incarnée dans le réel …

Bernard Cheilan

Sa famille est de la vallée, depuis toujours.

Ce qu’il aime, c’est l’Ubac, le côté Ombre, là où la neige met du temps à fondre. Là où ça se mérite …
Là où sa musique peut naître, enracinée dans sa contemplation de Lure.

Il vous dit comment il passe sa vie à tisser ses rêves…

  • Le récit de Bernard

Noyers-sur-Jabron

Bernard Nicolas

Bernard Nicolas

Il est arrivé de Belgique il y a des années.

Il a laissé tomber un fil à plomb depuis sa Wallonie natale vers le Sud et le ski. A exactement la même altitude, le fil s’est arrêté sur une maison ancienne dont son épouse et lui sont tombés amoureux… Alors, ils l’ont restaurée, agrandie, enfin c’est en cours…

Laissez-le vous raconter pourquoi il aime sa vallée et comment il y vit, entre Noyers et Saint-Vincent…

  • Le récit de Bernard

Saint-Vincent-sur-Jabron

André Blanc

André Blanc

C'est un des grands anciens de la vallée. Il nous raconte le temps d'avant, mais aussi le temps de maintenant. L'école, les cultures, sa ferme, la garde des moutons, les préalpes, le loup, ceux d'avant et ceux actuels, ce qu'il pense de la ville. Et, peu à peu, on se met à comprendre la nature de la perte et de la dépossession que serait, pour lui, le choix d'une vie pourtant plus facile...

 

 

  • Le récit d'André Blanc

Gisèle Boghossian - Les récits du Jabron

Gisèle Boghossian

Comment une infirmière psy a-t-elle atterri ici ?

Vous allez entendre parler d’un camion pizza, de la dernière maison de la vallée vendue au prix raisonnable de 17 millions, dans laquelle on peut vivre des années sans eau ni électricité et être, ici, immensément heureux. Ecoutez Gisèle nous expliquer comment Saint-Vincent et cette vallée sont devenus sa vie et pourquoi elle veut que tout cela ne meure pas…

  • Le récit de Gisèle

Régine et Jacques Delplanque - Les récits du Jabron

Régine et Jacques Delplanque

Ils ont été jeunes et mariés, maintenant ils sont jeunes mariés, tout simplement…

Entre les deux moments, il s’est passé 40 ans, ou presque.

Ils aiment la vie et pas une certaine forme de chasse. Ils ont des idées pour que le village se développe.
Ecoutez-les, ils savent ce que c’est que la joie et ils s’y entendent à vous la donner, comme ça … à profusion …

En fait, ils nous disent ce qui est en filigrane dans tous les autres récits : comment la vallée fait vivre les liens profonds et essentiels.

François Diot

Il est photographe. Son métier est de fixer un instant de réalité pour y saisir une vérité.
En grec, la vérité se disait alètheia, ce qui signifie "absence d’oubli".

Parfois, la vallée propose un chemin un peu spécial pour, peut-être, atteindre cette réalité essentielle, inoubliable, qui apparaît au sein de la vie même.

S’agirait-il d’un labyrinthe ?
Ce parcours, le plus long possible dans un lieu restreint, peut mener soit au centre, à la vérité essentielle, soit à se perdre.
Mais ne vous inquiétez pas, je tiens à votre disposition une autre vérité : "Vous n’avez pas oublié votre fil d’Ariane !".
Entrez sans crainte, et écoutez François ...

  • Le récit de François

Betty Garcin - Les récits du Jabron

Betty Garcin

A Saint-Vincent, c’est chez Betty, et chez Betty c’est à Saint-Vincent …

Elle vous raconte comment elle est arrivée ici, comment elle y a connu son mari, quels sont ses projets d’avenir.
Et pour quoi ce nom : « Chez Betty ».

Et enfin pourquoi le Papotin, chaque matin, est un peu chez Betty…

  • Le récit de Betty

Laure Martin

Ses parents étaient agriculteurs. Elle a commencé dans le milieu de la mode. Maintenant, elle s’occupe de son troupeau de moutons. Elle peint les paysans et aussi d’autres mémoires, là où la vie prend ses racines les plus profondes, jusque dans les matières anciennes et intimes… Elle vous raconte comment tout cela est arrivé, et aussi d’autres choses plus secrètes…

  • Le récit de Laure

Hugues Parmentier - Les récits du Jabron

Hugo Parmentier

Après les arts-déco de Strasbourg, 6 ans de Pub à Paris, il se sauve…

C’est un manque d’horizon qui l’amène à la mer de son enfance. Sa quête de repères forts le pousse vers la montagne.
Et c’est à Saint-Vincent qu’il accomplit son grand oeuvre : la construction de sa première maison…

Il vous raconte comment le village intègre les nouveaux arrivants, les difficultés, les réussites, les fêtes épiques, les rêves, les projets participatifs, tout…

  • Le récit d'Ugo

Patricia Stern - Les récits du Jabron

Patricia Stern et Frédéric Genta

Ils travaillent tous les deux avec la Terre. Lui est celui de Saint-Vincent qui connaît sans doute le mieux les arbres. Il sait tout d’eux, enfin énormément. Il sait les coins secrets de la nature, à chaque saison. Il connaît les coins à morilles …

Elle, travaille la terre et le feu. Elle tisse les liens pour que la création soit là, la vraie … Elle est aussi liée à l’eau et à la rivière.

Ils vous racontent leur vallée, je vous les confie…


Curel

Sophie Heude et Pedro Dupeyras

Ils arrivent dans la vallée pour installer une activité de maraîchage Bio sur les terres que Norbert Jouveau met à leur disposition.

Ils sont jeunes et pourtant ils ont une vie derrière eux. Leur venue est mûrement réfléchie.
Ils ont fait de longues études, ingénieur agronome pour elle, biologiste pour lui. Puis, ils ont voyagé en Afrique, en Grèce où ils ont acquis de l’expérience.

Ils nous racontent tout cela, leur histoire, leur projet, pourquoi ils ont choisi une race spécifique de cheval pour la traction animale…
Avec eux nous nous émerveillons d’apprendre comment le monde paysan de demain est en train de se constituer, dans le respect de la complexité du vivant.

Norbert Jouveau

Il est arrivé dans la vallée en 1994. Il y a inventé le premier bistro multiculturel.

Maintenant, avec « Danse l’Ombre », il continue et est devenu aussi paysan. La culture des hommes l’a mené à la culture de la terre. Alors il a beaucoup de choses à dire et à transmettre … Cette vallée, il la connaît bien, il est une partie de son passé.

Pour le futur, il a des idées, des projets et il nous dit tout le mal qu’il pense de la PAC…

  • Le récit de Norbert

Claude Roustan

Il est né ici, dans la maison de Curel qu'il habite toujours et avant lui tous ses ancêtres, depuis la nuit des temps.
Si vous voulez lui parler, c'est facile quand il est assis à l'ombre de son tilleul.
Sinon, c'est plus difficile. Il faut un/une passeur...

Ou bien simplement écouter son récit ...

 

 

  • Le récit de Claude Roustan

Montfroc

Olivier et Elena Caillard

Olivier Caillard

Avec son épouse Elena, ils ont acheté le château de Montfroc et sont en train d'en achever la transformation.
Avec eux, il poursuit une mue qui mène du monde paysan, gîte et élevage de truites, à l'intégration au monde actuel : hébergement, réception et espace multiculturel. Et ce n'est pas une mince affaire.
Écoutons Olivier nous raconter comment on quitte un poste de chercheur au CNRS pour venir s'installer ici .
Et en quoi cette vallée, et les sommets qui la bordent, sont le lieu idéal pour vivre la passion du vélo...
Chemin faisant nous irons à la découverte de certaines routes solitaires, où les toiles d'araignée font office de rubans de bienvenue dans l'ascension de cols encore secrets ...

 

  • Le récit d'Olivier

Magali Garcin-Bernard

Elle enseigne le Yoga et pratique aussi des massages indiens.
Elle a passé son enfance ici et puis il y a eu la vie … Les voyages, 12 années en Afrique. Son objectif est maintenant de ramener ses activités de Marseille, où elle reste pour finir les études de son dernier, à Montfroc. Et ça marche …

Elle nous raconte pourquoi elle aime cette vallée, pourquoi elle est sa vie et son oxygène. Elle nous parle longuement du type de solidarité qu’on y trouve. Pourquoi elle ne peut plus se passer de cela, pourquoi c’est fort, comme une famille, presque comme la nature elle-même. Pourquoi, ici, on se sent, ou plutôt, on est libre, quand on est solidaire...

 

  • Le récit de Magali

Rémi Gorge - Les récits du Jabron

Rémi Gorge

Il est venu de Paris, il y a des dizaines d'années. La vallée l'a fait chevrier. Ses chèvres sont nubiennes et elle ont le regard très doux, comme leur lait.
Cela a été tout un parcours de vie, une longue initiation où il a fallu tout inventer. Mais pas tout seul, à partir de l'expérience transmise par les anciens.

S'il est ici c'est aussi grâce aux arbres, ou pour eux. Qui saurait dire ?

Il va bientôt partir à la retraite et, maintenant, c'est lui qui détient certains savoirs. Laissons-le nous raconter comment on devient un paysan moderne, en s'appuyant sur les racines profondes de cette vallée.

  • Le récit de Remi

Paul Jean - Les récits du Jabron
Portrait par Laure Martin

Paul Jean

Il est un des paysans de la vallée.
Un de ceux qui viennent de la vie d’avant. Sa famille a connu les deux grandes guerres et il nous raconte comment il les ont vécues. Il nous dit ce qu’a été sa vie, pourquoi il ne s’est pas marié alors qu’il aurait pu le faire, quatre fois…

Il nous raconte sa relation aux animaux, à sa ferme, qu’il appelle sa campagne.

En l’écoutant vous allez découvrir la vie d’avant, cette vie d’où nous venons. Nous avons tous un village dans nos racines et notre cœur. Paul Jean nous permet de retrouver ces racines pas si lointaines.

  • Le récit de Paul Jean

Delphine Lopez

Elle a connu le Jabron quand elle avait 11 ans, en vacances, elle y est tombée amoureuse de la nature, des chevaux et, plus tard, de son mari … Alors, elle s’y est installée.

Et puis il y a eu la vie. Elle a gardé ses deux piliers d’enfance : la fusion avec la nature et les chevaux.

Elle est éleveuse de pur-sang arabes. Elle vous explique pourquoi le Jabron est le lieu d’évidence pour elle et pour eux.

  • Le récit de Delphine


Les Contes du Papotin

Certains soirs d'hiver, des habitants de la vallée se réunissent au Papotin et se disent des contes. L'accès ici leur est réservé. Un mot de passe doit être prononcé. Si vous habitez la vallée, l'entrée est possible et vous pourrez écouter les contes enregistrés. Il vous suffit pour cela de m'envoyer un message pour le demander. Pour accéder à la page des contes cliquer sur ce lien